Aller au contenu

Objectifs

Sauvages de ma rue est un observatoire participatif de Vigie-Nature, permettant aux citadins de mieux connaître les plantes sauvages qui poussent dans les rues de leur quartier. Les données servent à la recherche en écologie urbaine.

Actions concrètes

Il s’agit de réaliser des inventaires des plantes sauvages qui poussent dans les rues. Il suffit de relever la présence d’espèces végétales parmi les 240 référencées du protocole et d’indiquer si elles poussent aux pieds d’un arbre, sur les trottoirs, dans les pelouses…

Déjà créé
En France métropolitaine

Type de projet : Sur le terrain, en ligne

Période de participation : Toute l’année

Niveau d'implication : Au cas par cas

Participez

Sauvages de ma rue Michel Demares
Crédits photo CC-by-SA
Sauvages de ma rue
Crédits photo Noelie Morel

Description du projet

Cet Observatoire fait partie du Réseau Vigie Nature.

Avec l’essor de l’écologie urbaine, l’écosystème urbain est de mieux en mieux connu. A l’échelle de la ville, les espèces présentes, animales ou végétales, sont à peu près répertoriées même si elles restent lacunaires. À une échelle encore plus fine : celle de la rue, les listes d’espèces n’existent pas. Pourtant, ces données sont indispensables pour comprendre comment les « brèches urbaines » : pieds d’arbres, espaces engazonnés…, les structures urbaines et les modes de gestion influent sur la qualité de la biodiversité.

Le programme Sauvages de ma rue a pour but de permettre aux citadins de reconnaître les espèces végétales qui poussent dans leur environnement immédiat, les plantes qu’ils croisent quotidiennement dans leur rue, autour des pieds d’arbres, sur les trottoirs, dans les pelouses… Même s’ils n’ont aucune connaissance en botanique, grâce à l’utilisation des outils très simples mis à leur disposition, ils peuvent faire la liste des espèces qui poussent dans leur rue et envoyer leurs données aux chercheurs grâce à ce site internet.

Les données arriveront dans les bases de données du Muséum national d’Histoire naturelle et de Tela Botanica qui pourront les analyser. Elles permettront d’avancer sur la connaissance de la répartition des espèces en ville et sur l’impact de ces « brèches urbaines » sur la qualité de la biodiversité. Les données pourront éventuellement être fournies aux collectivités désirant en savoir plus sur leur diversité végétale.

Les co-responsables

Anne Dozières

Anne Dozières

Directrice de Vigie-Nature

Le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)

CESCO

Anne Dozières

Nathalie Machon

Nathalie Machon

Professeure MNHN

Le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN)

CESCO

Nathalie Machon

Elodie Masseguin

Elodie Masseguin

Coordinatrice de programmes participatifs

Tela Botanica

Elodie Masseguin

Les partenaires